AMÉLIE
COOPER

Projet Hiraeth

Amélie est née en 1993 à Paris. Elle explore depuis quelques années le médium de la peinture, à l’huile, l’acrylique, l’aérosol, ou encore la cire, mais aussi la vidéo. Sur la toile, les formes abstraites s’apparentent à des éléments de paysage, créant un vocabulaire questionnant ce que les spectateurices peuvent voir, et percevoir. L’image est liée à l’imagination, mais aussi à l’information. Tout comme à l’écran ; peut-on se fier à notre regard, mais aussi à la voix qui nous guide ? La vidéo de David Vassard suit ce cheminement. David est un être-humain réel, dont la vie est ici parsemée de fiction. Il devient le spectre d’une idée, d’un stéréotype, d’une histoire que chacun.e.x peut se faire de lui.

"Tout a commencé lorsque SFR m’a donné un numéro de téléphone qui avait déjà été attribué auparavant. Je recevais des appels de personnes que je ne connaissais pas, qui demandaient un certain David à l’appareil. Des messages de lieux (casinos, hipprodromes) où je n’avais jamais mis les pieds, d’un parti politique. J’avais accès, grâce à ces interventions quotidiennes, à l’intimité d’un homme que je n’avais jamais rencontré, à des goûts foncièrement différents des miens, à la personnalité de quelqu’un engagé dans le parti qu’est le Rassemblement National.


J’ai tout archivé pendant trois ans, et les informations que j’ai récoltées m’ont permis de retrouver sa trace sur internet ; facebook, linkedin, copains d’avant... Autant de sources qui m’ ont aidée à retracer la majeure partie de sa vie dans les grandes lignes. Il me suffisait d’y ajouter une part de fiction pour écrire sa vie. J’ai décidé d’en faire une vidéo, suite d’images glanées sur internet, quelque soit leur qualité, et de lire l’histoire que je me suis inventée de David Vassard, sans jamais montrer son visage. David, je ne le rencontrerai jamais, c’est un choix. Parce que cette vie dépeinte en quelques minutes vogue entre le fantasme et la réalité, il incarne une personne que tout le monde pourrait connaître, de près ou de loin. J’ai déjà diffusé la vidéo sur un grand écran placé à la verticale, représentant une sorte de téléphone à échelle humaine, un autel, une immersion dans la vie privée d’un inconnu qui devient touchante malgré les stéréotypes. "

Advocating for
women and
gender minorities
through art